21 octobre 1945 : premier vote des femmes pour l’élection d’une Assemblée

Il y a soixante-sept ans aujourd’hui, lors de l’élection de l’Assemblée constituante le 21 octobre 1945, les femmes participaient pour la première fois à ce type de scrutin. Cette élection suivait de quelques mois seulement leur premier vote, lors des élections municipales du 20 avril 1945. Près d’un siècle après l’établissement du suffrage universel – masculin – en 1848, les femmes se voyaient enfin reconnaître ce droit fondamental. Résultat d’une lutte pour l’égalité politique, le droit de vote des femmes est obtenu en France après d’autres pays, notamment la Nouvelle-Zélande en 1893, l’Australie en 1902, ou encore le Royaume-Uni en 1918, les Etats-Unis, l’Allemagne et la Suède en 1919.

L’égalité politique passe aussi par l’égalité dans les responsabilités et, après son élection à la présidence de la République le 6 mai dernier, François Hollande a pris une décision forte en ce sens, en nommant le premier gouvernement français à compter véritablement autant de femmes que d’hommes. Il poursuit ainsi au plus haut niveau politique une action en faveur de l’égalité dont les grandes avancées ont souvent été menées par la gauche. En 1991, François Mitterrand nomme, pour la première fois – et pour l’instant la seule -, une femme à la tête du gouvernement : Edith Cresson. Par la loi du 6 juin 2000, le gouvernement de Lionel Jospin rend obligatoire la composition paritaire des listes aux élections municipales, régionales et européennes, ce qui renforce l’exercice des droits politiques fondamentaux par les femmes en permettant que les conseils municipaux et régionaux, ainsi que le nombre de députés français au Parlement européen, comprennent autant de femmes que d’hommes.

Il faut aussi aller encore plus loin dans la parité, notamment pour les élections où le scrutin de liste n’existe pas, c’est-à-dire pour les élections cantonales et législatives. Le Parti Socialiste a fait un pas majeur dans cette direction en présentant, aux élections législatives de juin dernier, le plus grand nombre de candidates. Leurs succès ont permis à l’Assemblée nationale de compter plus de députées que jamais. Le gouvernement envisage, pour les prochaines élections cantonales de 2015, d’instaurer un nouveau mode de scrutin uninominale qui garantisse lui aussi la parité dans les exécutifs départementaux.

Les droits conquis par les femmes depuis la Libération sont aussi liés à des libertés individuelles fondamentales, comme la maîtrise de leur corps, à travers, notamment, le droit à la contraception et celui à l’interruption volontaire de grossesse. Dans ce domaine comme dans d’autres, les droits et libertés fondamentaux doivent être soutenus. C’est pour cela qu’outre la composition paritaire du gouvernement, François Hollande a aussi pris l’engagement, pendant la dernière campagne présidentielle, de créer un ministère des droits des femmes, dont Najat Vallaud-Belkacem est aujourd’hui à la tête. L’égalité hommes-femmes passe aussi, dans le milieu professionnel, par l’égalité salariale et les retraites, deux sujets placés par le gouvernement de Jean-Marc Ayrault à l’ordre du jour des conférences entre les partenaires sociaux lancées à la rentrée et sur lesquels il agira dans les mois à venir.

Partager sur :
FacebookTwitter

Inscrivez-vous à la newsletter