Gaz de schiste : le zèle soudain de l’UMP

Alors que les Socialistes de l’Assemblée Nationale ont inscrit dans leur créneau réservé l’examen d’une proposition de loi annulant ces permis d’exploitation dangereux pour l’environnement, l’UMP vient de s’y convertir en déposant à son tour une proposition de loi aux buts identiques, pour laquelle le gouvernement vient complaisamment de décréter l’urgence.

Les gaz de schistes sont des gaz disséminés dans des roches à forte profondeur, non exploitées jusqu’ici pour des raisons techniques. A l’inverse des poches de gaz, il est nécessaire de fracturer les roches en les faisant exploser puis d’y introduire de l’eau et des produits chimiques (technique de la fracturation hydraulique). Si le gaz peut être extrait par un puits, des remontées de gaz peuvent se produire à d’autres endroits non sans risque. Les liquides dangereux utilisés ne sont récupérés qu’à moitié, l’autre restant polluer le sol, voire les nappes phréatiques.

Voir cette animation.

Aux États-Unis, l’exploitation des gaz de schistes a connu un fort essor depuis 10 ans, pour représenter près de 20% du gaz extrait dans le pays. Malgré l’opacité entretenue par les compagnies de forages comme Halliburton (rendue célèbre par sa proximité avec l’administration Bush et les contrats obtenus en Irak), le silence sur les dégradations à l’environnement commencent à se briser : pollutions de l’eau, des sols, rejets de gaz à fort effet de serre.

Alors qu’en Europe, des premiers tests d’exploration ont lieu en France, en Allemagne, ou en Hongrie, la contestation s’organise. Au Canada, des pétitions géantes ont contraint le gouvernement à des reculs partiels. La mobilisation semble s’accentuer.

Face à la contestation grandissante et aux dangers de plus en plus avérés, l’UMP aurait certainement dû voter la proposition de loi socialiste. Trop « déchirant » pour eux ! L’UMP a donc déposé peu après une proposition presque identique … en oubliant de l’inscrire à l’ordre du jour. Heureusement au lendemain de la diffusion d’un documentaire accablant « Gasland » sur Canal +, (bientôt en version longue au cinéma)le gouvernement a annoncé l’examen en urgence (avant le 12 mai ; donc) de la proposition de loi de l’UMP ! Le ridicule ne tue pas, heureusement.

Il est vrai que certains des permis d’exploitation se trouvent dans son département de Seine-et-Marne, où on peut penser que la lutte contre ces permis (avec des manifestations importantes) n’est pas sans lien avec le récent échec de la droite aux cantonales dans le département du secrétaire général de l’UMP.

En plus de l’UMP, l’ancienne ministre de l’écologie Jean-Louis Borloo a annoncé lui aussi le dépôt d’une proposition de loi ayant le même but. On frôle d’autant plus le ridicule que les permis d’exploitation contestés ont été accordés précisément par ce même Monsieur Borloo.  Alors que cet ancien ministre songerait à se présenter aux élections présidentielles de 2012, cette volte-face ne semble guère illustrer la constance et le recul souhaités pour le plus haut mandat de la République.

Espérons que l’urgence décrétée par le gouvernement ne s’estompera pas trop vite et qu’il sera aussi vigilant à faire en sorte que le processus législatif aille à son terme avant l’été. Tel n’a pas toujours été le cas depuis 2012.

Alors que les réserves de gaz naturel sont encore considérables, mieux vaudrait développer les économies d’énergie et les énergies renouvelables, plutôt que d’endommager de manière pérenne eaux et sols.

Partagez sur facebook

Catégories : | par Daniel Goldberg
posté le 8/04/11

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire ...

> Voir toutes les autres actualités