Mariage pour tous : début de l’examen du projet de loi pour « parachever l’égalité »

L’Assemblée nationale a commencé, cet après-midi, l’examen en séance du projet de loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe. Après la création des emplois d’avenir, de la Banque publique d’investissement (BPI), du contrat de génération, ou encore l’adoption de la loi sur la cession du foncier public pour la construction de logements, et l’encadrement des loyers, ce projet de loi vient, à son tour, concrétiser un engagement de François Hollande. Je vous propose de revoir ci-dessous le discours de Christiane Taubira, ministre de la Justice, en ouverture des débats, et au cours duquel elle a rappelé que, dans le cadre du mariage aussi, il a fallu mener le combat pour l’égalité des droits entre époux, et

Mariage pour tous : tribune publiée dans Mediapart

J’ai cosigné, avec 99 de mes collègues députés socialistes, une tribune en faveur du mariage pour tous publiée hier par Mediapart. Vous pouvez la lire ci-dessous : Engagés pour l’égalité des droits Au moment où nous nous apprêtons à ouvrir les salles des mariages de nos mairies aux couples homosexuels et à leurs enfants, la droite retrouve les alliés et l’inspiration qui l’ont conduite aux pires amalgames dans son opposition au pacs, il y a quatorze ans. Depuis ces coups d’éclats que personne n’a oubliés, le pacs a été adopté par les Français, et la droite ne l’a pas remis en cause. L’histoire est-elle condamnée à se répéter ? Allons-nous assister une nouvelle fois aux insultes et à la caricature d’une

Droit de vote pour les étrangers aux élections municipales : mobilisé pour son adoption

Répondant à l’invitation du Président de la République à la mobilisation pour le droit de vote des résidents étrangers non-européens aux élections municipales, je viens d’écrire aux parlementaires du centre et de droite de Seine-Saint-Denis pour échanger avec eux sur ce sujet et les inviter à soutenir une démarche qui pourrait être commune. J’ai donc proposé à Jean-Christophe Lagarde, député, à Philippe Dallier et Vincent Capo-Canellas, sénateurs, de les rencontrer afin d’avoir un contact le plus libre possible. Si le droit de vote des étrangers aux élections municipales est largement soutenu par la Gauche et les écologistes, aucune formation politique n’a l’exclusivité de ce projet qui ne peut que renforcer la participation citoyenne dans notre département. Des propositions de lois

Le fichier de police STIC enfin réformé

En réponse à ma question, le Ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, a annoncé une réforme du fichier STIC (Système de Traitement des Infractions Constatées), source de nombreuses difficultés administratives en Seine-Saint-Denis. Fréquemment sollicité par des administrés sur des cas personnels douloureux, je me félicite de cette évolution très attendue par les habitants du département. Consulté systématiquement par les forces de police dans le cadre de demandes d’accréditations et d’autorisations, mais aussi dans le cadre des procédures telles que les naturalisations, le fichier STIC était source de désagréments fréquents en Seine-Saint-Denis (naturalisation rejetée pour un procès-verbal routier bénin…). Mal actualisé, comportant de nombreuses erreurs, il pénalisait durement les jeunes devant être embauchés à Roissy et sollicitant un badge d’accès aux zones

Pour votre visa : service normal ou service « premium » ?

Mon attention a été attirée sur les pratiques étonnantes de sociétés privées, auxquelles le précédent gouvernement avait largement fait appel, qui se sont vues déléguer par les consulats les tâches d’accueil des demandeurs et la préparation des dossiers de demandes de visa. J’ai donc interrogé le gouvernement à ce sujet. En effet, ces sociétés ont commencé à mettre en place un accueil différencié avec des tarifs modulés selon la qualité de l’accueil a révélé l’association Les Amoureux au Ban Public. Ainsi, un prestataire a instauré dans plusieurs consulats (Algérie, Liban, Chine…) un service dit « premium », moyennant un supplément financier de 3 500 dinars, 64 000 livres libanaises ou 250 yuans selon les cas. La société promet alors lors du dépôt du dossier « un

Inscrivez-vous à la newsletter