Une rentrée scolaire 2013 ambitieuse

Avec la publication de la circulaire pour la rentrée scolaire de septembre 2013, la refondation de l’École nationale prévue par le projet de  loi de Vincent Peillon commence à se concrétiser. Dans le cadre du redressement de notre pays, la jeunesse est la priorité du président de la République François Hollande et de son gouvernement. Cette circulaire fixe notamment les cinq priorités qui constituent l’ossature de la réforme pédagogique engagée au bénéfice de tous les élèves : •   reconstruire la formation professionnelle des métiers du professorat et de l’éducation ; •   rénover en profondeur l’enseignement du premier degré ; •   faire entrer l’école dans l’ère du numérique ; •   atteindre des objectifs ambitieux de réduction du décrochage scolaire ; •  

Une loi ambitieuse pour l’École

L’Assemblée nationale examine cette semaine le projet de loi de refondation de l’École. Il y a urgence à redresser la situation, alors que la dernière étude internationale PIRLS, qui évalue les acquis des élèves de CM1, établit qu’en 2011 les élèves français se situent sous la moyenne européenne de 534 points, avec seulement 520 points. On observe en particulier une baisse significative des performances sur la compréhension des textes informatifs (- 13 points). Cette étude est un bilan cinglant de la politique menée ces dernières années. C’est dès le début de la scolarité qui se joue en grande partie la réussite scolaire, puisque les élèves en difficulté au CP sont généralement ceux qui réussissent le moins bien par la suite.

Nazia régularisée : une victoire de la solidarité

En mars dernier, j’ai participé au parrainage de jeunes majeurs organisé par le Réseau Éducation Sans Frontière (RESF) de Seine-Saint-Denis. En plus d’avoir apporté mon soutien à la démarche avant comme après l’élection présidentielle, j’avais parrainé personnellement une lycéenne d’Aulnay-sous-Bois (en photo en ma compagnie à l’Assemblée nationale). Nazia est arrivée de l’île Maurice voici un peu plus de trois ans rejoindre, avec ses parents, des proches déjà installés en France pour des raisons humanitaires. Plusieurs de ces proches sont d’ailleurs français. Depuis l’année 2010/2011, elle étudie au lycée Jean Moulin du Blanc-Mesnil. Elle est actuellement en terminale de Baccalauréat professionnel Secrétariat (TBS). Cette excellente élève a obtenu son BEP secrétariat avec mention « Bien » et parle parfaitement le français et

Manque de professeurs : Il est nécessaire d’ouvrir les listes complémentaires

Très rapidement après la rentrée sont apparues des difficultés importantes pour que chaque classe puisse être dotée de professeurs et que les professeurs absents puissent être remplacés. Les mesures d’urgence prises au début de l’été par le gouvernement n’ont pas suffi à compenser les 15 000 suppressions de postes du précédent ministre. Le vivier de professeurs remplaçants s’est rapidement tari : au 13 septembre, 531 des 611 remplaçants étaient déjà en poste, alors même que des classes restent sans professeur affecté. Pour que la situation ne s’aggrave pas encore en cours d’année, je demande au Ministre et au directeur des services départementaux de l’Eduction nationale de prendre une mesure forte en ouvrant de manière substantielle la « liste complémentaire »

Emploi d’avenir « professeur » : une richesse nouvelle pour l’Education nationale

Après l’adoption de premières mesures d’urgence pour la rentrée 2012, et notamment les premiers recrutements des 60 000 personnels enseignants et éducatifs en cinq sur lesquels s’est engagé François Hollande lors de la campagne présidentielle, l’effort va se poursuivre pour refaire de l’éducation et de la jeunesse l’une des priorités du pays. C’est tout le sens des emplois d’avenir dont la création sera examinée par l’Assemblée nationale la semaine prochaine. Parmi ces emplois, les emplois d’avenir dits « professeur », destinés à aider les jeunes qualifiés en grande difficulté financière et à encourager les vocations. Les emplois d’avenir « professeur » entendent concilier la lutte contre le chômage des jeunes et la refondation de l’école en étant ouverts en priorité aux étudiants boursiers issus

Inscrivez-vous à la newsletter