Air France : audition de la direction et des syndicats par l’Assemblée nationale

Après avoir reçu des salariés d’Air France pour échanger avec eux sur le dialogue social dans leur entreprise, je me félicite que l’Assemblée nationale ait auditionné aujourd’hui la direction et les syndicats d’Air France. J’ai tenu à rappeler à la direction que le dialogue social devait être exemplaire, mais aussi que ses salariés constituaient un avantage compétitif pour l’entreprise dans la compétitivité hors coût à laquelle elle est aussi confrontée. Aussi, j’ai voulu l’interroger sur sa stratégie d’investissement, ses attentes envers l’Etat actionnaire, et aussi sur les départs de dirigeants vers la concurrence : Lors de l’audition des syndicats, j’ai tenu à saluer leur dignité et la fierté qu’ils continuent d’avoir de leurs métiers et de leur entreprise. J’ai aussi

Air France : le dialogue social doit y être exemplaire

J’ai reçu aujourd’hui à l’Assemblée nationale des salariés d’Air France participant aux échanges avec la direction de l’entreprise. Parmi ceux-ci, Erika, dont l’interpellation des dirigeants a été visionnée largement, et Abdel, salarié syndicaliste de la CGT, présent au moment de l’agression de M. Xavier Broseta, DRH d’Air France, et qui, contrairement à ce qui a été dit dans un premier temps, a protégé sa sortie des lieux. J’ai souhaité avoir un échange direct avec des salariés confrontés à un plan social d’ampleur avec 2 900 suppressions de postes annoncées pour connaître la qualité du dialogue social dans l’entreprise de leur point de vue. A l’issue de nos échanges, une conférence de presse a été donnée au cours de laquelle ils ont

Métropole du Grand Paris : « 124 communes forment une ville »

L’Assemblée nationale a commencé à examiner hier soir les compétences de la future métropole du Grand Paris à l’occasion de sa discussion du projet de loi sur la Nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRe). J’ai tenu à rappeler l’importance que soit organisé au niveau de la future métropole le débat sur l’utilisation de ses futures compétences.

Projet de loi « Croissance et activité » : les raisons de mon opposition

Après avoir passé de longues heures à défendre mon point de vue dans l’hémicycle, j’ai en effet décidé hier de ne pas soutenir le projet de loi porté par Emmanuel Macron, ministre de l’Économie. C’est donc mon choix annoncé comme celui de plusieurs dizaines de parlementaires socialistes qui a entraîné le recours par le gouvernement à l’article 49-3 de notre Constitution. Le texte sera ainsi considéré comme adopté sans vote, sauf si la motion de censure déposée par l’UMP et l’UDI discutée demain trouve une majorité. Bien entendu, je ne soutiendrai pas cette démarche de la droite, dans une procédure qui interroge sur l’équilibre de nos institutions. Il s’agit pour moi par conviction de m’opposer à des dispositions que je

Budget de la Sécurité sociale 2015 : les raisons de mon abstention

Avec 33 de mes collègues députés socialistes, membres du collectif « Vive la Gauche !« , je me suis abstenu sur le budget de la Sécurité sociale pour 2015, dont le vote a eu lieu aujourd’hui. En voici les raisons : En fidélité à nos valeurs et à nos convictions sur le chemin que doit emprunter aujourd’hui la France, nous avons décidé de nous abstenir. Tout au long des débats sur le projet de loi de finances (PLF) et le projet de loi de finances de la Sécurité sociale (PLFSS), nous avons porté des amendements visant à relancer la croissance sans creuser les déficits : ciblage des aides aux entreprises sur celles exposées à la concurrence internationale, réutilisation des 23 milliards ainsi libérés sur 5

Inscrivez-vous à la newsletter