De meilleures conditions de vie pour les chibanis

Depuis plusieurs années, je me suis engagé en faveur de conditions de vie plus respectueuses pour les « chibanis », comme l’on nomme ces travailleurs immigrés âgés des foyers de travailleurs migrants.

Le Gouvernement a pris une mesure très attendue après les recommandations de la mission d’information parlementaire conduite en 2013, avec le soutien du Président de l’Assemblée nationale Claude Bartolone, par mes collègues Denis Jacquat  et Alexis Bachelay, dans leur rapport.

A compter du 1er janvier 2016, ces retraités pourront s’absenter de France pendant plus de six mois sans perdre leurs droits au minimum vieillesse (ASPA – allocation de solidarité aux personnes âgées) en vertu du décret paru le 8 octobre.

Ils pourront effectuer des séjours de longue durée dans leur pays d’origine et se rapprocher de leur famille, sans pour autant perdre leurs prestations. Après six mois, c’est une aide d’un niveau comparable à l’ASPA qui prendra le relais.

Cette mesure fait suite à d’autres avancées obtenues ces dernières années pour traiter dignement ces personnes qui ont souvent effectué des travaux pénibles dans l’industrie ou le bâtiment, parfois dans des conditions de logement indignes pour donner de meilleures conditions de vie à leur famille restée au pays.

Ainsi, l’an passé, ces travailleurs âgés s’étaient vus très largement faciliter l’accès à la nationalité française.

Dans un rapport de 2010 et une proposition de loi sur les conditions de nationalité restreignant l’accès à certaines professions, je m’étais penché sur le cas des « Marocains » de la SNCF. Ces salariés affectés aux tâches les plus pénibles qui n’avaient pas pu bénéficier d’une progression de carrière ont voici quelques semaines gagné la procédure judiciaire visant à faire reconnaître leur préjudice.

Je me réjouis de cette décision qui vient reconnaître l’injustice dont ils avaient alors été victimes. Elle vient compléter les mesures décidées depuis 2012 visant à reconnaître l’apport des chibanis à la société française.

Partager sur :
FacebookTwitter

Inscrivez-vous à la newsletter