Egalité hommes-femmes : 5 ans d’avancées

Depuis 2012, nombre d’avancées réelles pour les droits des femmes ont été faites. Elles ont visé aussi bien l’accès au travail, le milieu professionnel, la lutte contre les violences, ou encore la parité dans les instances décisionnelles, tant dans les entreprises que dans la vie politique.

La parité entre les femmes et les hommes dans la vie politique et démocratique a en effet été l’une des premières mesures du quinquennat avec, dès 2012, le premier gouvernement paritaire de la Vème République et un ministère dédié aux droits des femmes. Toujours dans la vie politique et démocratique, le renforcement de l’égalité hommes-femmes s’est poursuivi avec l’introduction de la parité pour les élections départementales et le doublement des sanctions à l’égard des partis politiques qui ne respectent pas la parité aux élections législatives. Le gouvernement a aussi agi en direction des instances dirigeantes dans la vie professionnelle avec l’accélération de l’obligation de compter au moins 40% de femmes dans les conseils d’administration et de surveillance des grandes entreprises, la parité renforcée dans les fédérations sportives, les chambre de commerce et d’industrie, le CESER, les commissions consultatives, ou encore les ordres professionnels.

Au-delà des instances dirigeantes dans les milieux professionnels, le gouvernement a également agi pour l’égalité professionnelle au quotidien en renforçant les obligations des entreprises dans ce domaine, notamment en conditionnant l’accès à la commande publique au respect de l’égalité hommes-femmes et à la lutte contre le sexisme en milieu professionnel. Afin de mieux équilibrer vies professionnelles et familiales le gouvernement a réformé le congé parental, ce qui a permis d’aller vers un partage plus équilibré des responsabilités parentales. Le développement des modes de garde des jeunes enfants a été facilité par un certain nombre de mesures permettant l’ouverture d’un plus grand nombre de places en crèche et le recours aux assistantes maternelles.

Des mesures importantes pour les droits sociaux ont été prises également, en particulier avec la création de la garantie contre les impayés de pensions alimentaires (GIPA). Le droit de disposer de son corps a été renforcé avec le remboursement à 100% de l’IVG, la suppression du délai de réflexion et de la notion de détresse pour pratiquer une IVG, et l’extension du délit d’entrave aux nouveaux moyens numériques.

La lutte contre les violences faites aux femmes a elle aussi connu des progrès importants. Le téléphone grave danger a été généralisé, le harcèlement sexuel et des cyberviolences ont été mieux pris en charge, et la loi contre le système prostitutionnel et l’accompagnement des prostituées a été adoptée.

Dans le domaine de l’égalité hommes-femmes comme dans d’autres, la sensibilisation est très importante et l’éducation est primordiale. C’est pourquoi un plan ambitieux pour l’égalité à l’école, la lutte contre le sexisme et pour la mixité, et la responsabilisation de tous les acteurs tels que le Conseil supérieur de l’audiovisuel a été mené.

S’il reste à faire, les actions conduites depuis 2012 ont permis de réelles avancées dans des domaines où il était urgent d’agir, et en ont conforté d’autres.

Partager sur :
FacebookTwitter

Inscrivez-vous à la newsletter