La France debout : Faire face et nous retrouver nous-mêmes

Demain, nous serons Frédéric, Philippe, Franck, Jean, Elsa, Stéphane, Clarissa, Yohan, Yoav, Philippe, Bernard, Ahmed, Mustapha, Michel, François-Michel, Bernard et Georges, tout à la fois. Tous à la fois : ceux qui ont été tués parce qu’ils étaient journalistes ou travaillaient dans un journal, ceux qui ont été tués parce qu’ils étaient policiers, ceux qui ont été tués parce qu’ils étaient juifs. Nous serons en pensée auprès des familles éplorées, auprès des blessés qui souffrent, auprès de la République qui a été attaquée par les balles qu’ils ont reçus à notre place à tous, en notre nom à tous.

C’est pour cela que demain, nous serons Charlie.

Ce moment de communion laïque, républicaine est nécessaire pour montrer que nous n’avons pas peur, que la France qui est elle-même quand elle porte un message pour toute l’Humanité, sait affronter l’adversité, et que nous sommes déterminés à surmonter ensemble cette semaine sanglante.

Cela nécessite de porter toujours haut et fort les valeurs de notre pays, ces liberté, égalité et fraternité, parfois galvaudées, qui doivent être sans cesse défendues contre ceux qui jouent sur les peurs, les replis sur soi, les amalgames, les fanatismes.

Nous devrons ensuite nous interroger sur le sens à donner à ce que nous vivons depuis mercredi, sur la manière de résorber les fractures de notre société, sur la nécessité d’un sursaut civique et citoyen durable si nous voulons être plus forts et l’emporter sur les diverses forces les plus obscures qui rêvent d’importer une nouvelle forme de fascisme dans notre pays.

Nous devrons montrer en quoi nous refusons le « choc des civilisations » dans lequel certains cherchent toujours à nous entrainer. Nous devrons continuer de résister à ceux qui prônent comme modèle le rejet de l’autre.

C’est ainsi que, demain, nous marcherons pour faire face et pour nous retrouver nous-mêmes.

Partager sur :
FacebookTwitter

Inscrivez-vous à la newsletter