Permis de conduire : réduire les délais et les coûts

Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur, a présenté la réforme du permis de conduire, attendue par de nombreux jeunes en raison des délais particulièrement longs et au sujet desquels, régulièrement alerté par les habitants, j’ai saisi le ministre. Cette réforme vise à diviser par deux le délai de passage de l’épreuve de conduite d’ici deux ans, faisant ainsi économiser à chaque candidat 200 euros minimum par mois de délai gagné. Elle bénéficiera aux 800 000 nouveaux candidats qui se présentent à l’examen du permis B chaque année.

Afin de réduire les délais, le service public se concentrera sur l’épreuve du permis B :

– 117 500 places d’examen B supplémentaires seront débloquées en réduisant, dès le 1er septembre 2014, la durée de l’épreuve pratique du permis B de 35 à 32 minutes, sans remettre en cause le niveau d’exigence, pour permettre l’organisation de 13 examens par jour au lieu de 12 ;
– 145 000 places d’examen B supplémentaires seront rendues possibles à terme, en déchargeant les inspecteurs de la surveillance du code. Dès le 1er juillet 2014, des retraités de la gendarmerie et de la police nationales, et d’autres agents publics, seront mobilisés pour assurer cette mission et permettre aux inspecteurs de se consacrer en priorité à l’examen de conduite.

Cette réforme contient aussi d’autres mesures destinées à rendre le permis plus accessible pour les jeunes et à améliorer la prévention auprès d’eux. La conduite accompagnée sera encouragée avec notamment la possibilité, sous réserve de l’avis des experts du CNSR, de démarrer la conduite accompagnée dès 15 ans et de passer l’épreuve de conduite dès 17 ans et demi. La conduite accompagnée représente un coût inférieur de 500 euros pour un candidat par rapport à une formation traditionnelle. L’Etat engage un effort supplémentaire en faveur du permis à 1 euro par jour (prêt à taux zéro). Ce dispositif bénéficie déjà à 10% d’une classe d’âge. Il est donc décidé de l’ouvrir après un échec à l’examen, et de créer un prêt de « complément » de 300 euros.

Partager sur :
FacebookTwitter

Inscrivez-vous à la newsletter