Politique de la ville : les habitants encore au coeur de la rénovation urbaine

Quelques mois seulement après l’adoption du projet de loi de Programmation pour la ville et la cohésion urbaine, qui a marqué une avancée démocratique en permettant, notamment, de placer les habitants au coeur des rénovations urbaines à venir, le gouvernement continue de refonder la politique de la ville sur les habitants en faisant de leurs revenus le critère d’actualisation des quartiers qui seront prioritairement concernés par ces nouvelles mesures.

Recentrée sur les besoins des habitants, la politique de la ville gagnera en efficacité. 1 300 quartiers de 700 villes seront désormais concernés, contre 2 500 sur 900 communes jusqu’à maintenant. Parmi les 700 villes, le changement de critère a permis d’en inclure 100 qui, jusqu’alors, ne pouvaient en bénéficier malgré leurs besoins. Désormais, les territoires concernés se situent tant en périphérie de grandes agglomérations, qu’en centre-ville ou encore dans des villes moyennes. La réalité des besoins peut donc être mieux prise en compte.

Dans le même souci d’actualisation et d’efficacité, une seule carte remplacera, au terme des discussions avec les collectivités, les nombreux zonages et dispositifs qui se sont empilés depuis vingt ans (Zus, Cucs, ZRU, ZFU…).

Les pouvoirs publics resteront tout de même vigilants pour les villes où les mesures de politique de la ville ne sont plus nécessaires, et une mobilisation en leur faveur continuera d’être menée, notamment à travers des dispositifs de droit commun.

Partager sur :
FacebookTwitter

Inscrivez-vous à la newsletter