Renouvellement urbain : des quartiers d’Aulnay-sous-Bois et de Bondy retenus

Le Conseil d’administration de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU) a adopté à l’unanimité le choix des 200 quartiers prioritaires qui bénéficieront du Nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU) doté de cinq milliards d’euros. Je me félicite que les quartiers du Gros Saule et Ambourget, à Aulnay-sous-Bois, aient été retenus dans le cadre d’un projet commun avec le quartier des Beaudottes à Sevran. C’est le résultat de l’engagement au service des habitants de Gérard Ségura, notamment pendant les six années années où il a été maire d’Aulnay-sous-Bois, et de Guy Challier, alors adjoint chargé de l’urbanisme, qui ont tous deux porté cette revendication d’une meilleure qualité de vie dans ces deux quartiers et ont très tôt défendu leur candidature afin qu’ils soient inclus dans le futur programme.

Il en est de même pour la partie sud de la ville de Bondy pour laquelle Sylvine Thomassin, maire de Bondy, et Gilbert Roger, son prédécesseur, se sont maintes fois mobilisés.

Grâce à ces choix, ces quartiers bénéficieront de financements pour une rénovation ambitieuse au service des habitants. Ceux-ci y seront pleinement associés grâce à la loi de programmation pour la Ville et la cohésion urbaine portée par François Lamy il y a un an et qui les place désormais au cœur du processus de rénovation. Un conseil citoyen et une « Maison du projet » seront créés dans chaque quartier concerné pour permettre aux habitants de discuter avec les professionnels et les élus durant la phase d’élaboration du projet, puis durant sa mise en œuvre et, enfin, lors de son évaluation. Ainsi, le projet et sa réalisation pourront être ajustés à la réalité vécue par les habitants.

Les quartiers ci-dessus projets font partie des 21 retenus en Seine-Saint-Denis, sur les 51 que compte l’Ile-de-France. Je me félicite que les ministres en charge du dossier, Myriam El Khomri et Patrick Kanner, aient particulièrement pris en compte les besoins de notre département. Après avoir interrogé Nicolas Grivel, le nouveau directeur de l’ANRU, sur les conditions de mise en oeuvre de l’ensemble de ce nouveau programme, je resterai bien sûr vigilant sur son application.

Partager sur :
FacebookTwitter

Inscrivez-vous à la newsletter