Utilisation de ma réserve parlementaire pour 2016

Ainsi que j’en ai pris l’initiative pour l’utilisation de ma réserve parlementaire en 2013, en 2014 et en 2015, voici, pour cette année, la répartition qui a été faite de ces crédits d’un montant de  130 000 euros.

Chaque fin d’année, j’indique à la Commission des finances de l’Assemblée nationale mon souhait d’affecter ces crédits vers des projets de collectivités et d’associations. Après examen des dossiers par les services ministériels, ces sommes sont versées aux bénéficiaires via les préfectures. Je n’en dispose donc pas directement. J’ajoute que ces sommes ne sont pas reconductibles.

Alors que l’opacité qui régnait sur la réserve parlementaire pouvait favoriser une utilisation parfois douteuse, je me réjouis de ce mouvement vers la transparence amorcé en 2012 par Claude Bartolone, le président de l’Assemblée nationale.

Pour cette année, j’ai réparti ainsi les 130 000 euros :

– Ville de Bondy (travaux d’intérêt local) : 17 000 €

– Équipement d’une association de soutien scolaire et sportif aux Pavillons-sous-Bois : 10 000 €

– Renouvellement des équipements d’une association sportive de Bondy : 4 000 €

– Équipements d’associations de petite enfance et d’insertion à Bondy : 11 000 €

– Équipement d’une association culturelle à Aulnay-sous-Bois : 3 000 €

– Équipements d’associations de petite enfance à Aulnay-sous-Bois : 6 000 €

– Équipements d’associations d’insertion à Aulnay-sous-Bois : 13 000 €

– Renouvellements des équipements d’associations de quartier à Aulnay-sous-Bois : 31 000 €

– Soutiens à des projets d’associations sportives d’Aulnay-sous-Bois : 20 000 €

– Renouvellement des équipements d’une association sportive d’Aulnay-sous-Bois : 10 000 €

– Soutien à une association culturelle : 5 000 €

Je suis particulièrement fier de soutenir des associations d’Aulnay-sous-Bois, de Bondy et des Pavillons-sous-Bois sur des projets sportifs, culturels, d’insertion ou d’amélioration du cadre de vie. J’ai choisi de soutenir ces projets parce-que j’en ai rencontré les associations porteuses lors de déplacements en ville, ou parce que les communes concernées m’ont signalé que les financements de ces projets étaient incomplets. Je ne privilégie aucun projet par rapport à un autre sinon par son utilité.

Je reste ouvert pour les années à venir à vos sollicitations, sachant que tout projet doit être financé à moitié par d’autres ressources et qu’il est déconseillé de trop fractionner les projets soutenus.

Partager sur :
FacebookTwitter

Inscrivez-vous à la newsletter